Gaza : ce n’est donc qu’un problème de statistiques

L’esprit le plus éclairé relèvera dans l’actualité récente une petite baisse de forme du lobby sioniste théoriquement tout puissant. Alors que tous les journalistes sont comme chacun sait soit juifs soit sionistes, les médias sont restés plus discrets sur les « incidents regrettables » en marge des manifestations pro-palestiniennes que sur le décompte des victimes civiles – que je déplore – des frappes militaires israéliennes sur Gaza qui ouvre tous vos journaux. Quelle maladresse ! Si j’étais le lobby sioniste, je virerai tous les journalistes.

Mais parlons plutôt un peu chiffres.

Nous sommes donc bien informés du décompte des victimes palestiniennes, tristement nombreuses, depuis le début de ce conflit.

Nous savons aussi que le hamas procède depuis le début du conflit à de nombreux tirs des roquettes sur Israël. Petites précisions techniques pour les amateurs d’armes, les roquettes sont des engins

  • pouvant porter des charges explosives de plus de 150 kg (quand ça fait boum, ça peut tuer pleins de gens)
  • et atteindre des cibles à 150 kilomètres et plus (la distance approximative entre Gaza et Tel Aviv est de 70 km par la route d’après google maps)

… ce ne sont pas à proprement parler, et contrairement à ce que font semblants de semblent croire certains des jouets inoffensifs.

Et elles ne sont pas tout à fait entre les mains de petits farceurs non plus. Les tirs du hamas ciblent, entre autres, l’aéroport de Tel Aviv, une cible où comme chacun sait aucun civil n’est visé puisque le hamas ne ferait pas de mal à des civils, contrairement aux israéliens.

Remuons nos méninges.

Sachant qu’un avion qui s’apprête à décoller est plein de carburants et emporte disons 200 passagers. Sachant que si cet avion explose il n’y aura pas de survivants.

A partir de combien d’avions touchés les israéliens pourraient-ils légitimement chercher à détruire les armes du hamas ?

Sachant que les statistiques ne sont pour le moment pas en leur faveur, est-il bien raisonnable de la part des israéliens de détruire en l’air les missiles tirés par le hamas sur leur aéroport au détriment de leurs statistiques ?

Question subsidiaire.

Sachant qu’un missile tiré par un F-16 israéliens sur une réserves d’armes explosives est susceptible de provoquer une déflagration importante présentant à coup sûr des risques pour la santé, où convient-il d’entreposer ses réserves d’armes dans l’intérêt des populations civiles dont on défend les intérêts et l’aspiration légitime à vivre en paix : dans la cave d’un immeuble d’habitation, a proximité d’un hôpital ou d’un lieu de culte, ou à bonne distance de tout immeuble abritant des civils ?

 

Dernière minute :
J’apprends en écoutant le poste qu’Israël accepte le cessez le feu proposé par les égyptiens, que le hamas vient de refuser.
Voyons-voir si les manifestants pro-palestiniens vont descendre dans les rues avec la même ferveur pacifique pour manifester contre le hamas, ce qui prouverait à tout un chacun qu’ils sont avant tout pour la paix et ne sont animés par aucune arrière pensée plus obscure.

Publicités

2 réflexions sur “Gaza : ce n’est donc qu’un problème de statistiques

Ne soyez pas timides

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s