Laïcité : le doigt dans la charte

Je n’ai pas résisté à ce titre, il fallait bien que quelqu’un le fasse alors je me suis dévoué.

Mais trêves de plaisanterie, j’ai lu la fameuse Charte de la Laïcité.

Ca commence comme ça :

La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale.

Qu’est ce que c’est que cette connerie de République sociale ? La dernière étape avant la République socialiste ?

Avant de juger que j’y mets de la volonté, imaginons, juste pour rire, qu’un ministre de l’éducation dans un gouvernement de droite ait pondu une charte à afficher dans toutes les écoles dont le préambule aurait défini la France comme une République libérale ?

Alors c’est très bien de rappeler dans cette charte que « l’Etat est neutre à l’égard des convictions religieuses ou spirituelles ». C’est très bien même, mais qu’il le reste aussi, neutre, à l’égard des convictions politiques.

Publicités

10 réflexions sur “Laïcité : le doigt dans la charte

    1. ah ben merde alors, tu ne lis pas la constitution pendant quelques dizaines d’année et paf, tu t’endors un soir dans un pays libre est tu te réveilles le lendemain dans une « République démocratique sociale » ! Qui est le con qui nous a salopé notre belle constitution ?

  1. Elle a surtout écrite à la va-vite cette charte à la con. Quid des cantines scolaires ? Et si tous les signes religieux ostentatoires sont interdits dans les écoles au nom de la laïcité, pourquoi seraient-ils autorisés dans les universités ?
    Peillon est un con. Voila !

      1. Pour mes enfants dans le primaire je faisais le chèque à la caisse écoles , dans le secondaire à l’agent comptable de l’établissement, tout au moins pour la Ville de Paris dans le second cas, la cantine dépendait bien de l’école et non de la Mairie de Paris.

        De toute façon cela ne change rien car les deux économes de cantine sont incités à trouver des repas de substitution quand il y a de la viande porc au repas, où est laïcité ?

  2. Le coupable est un certain Debré (Michel de son prénom). L’idée de l’époque était de faire croire que le gaullisme était (presque) de gauche (social, démocratique, toussa).
    Quand même ça fait pas très sérieux de critiquer sans connaître la constitution de son pays…
    Et si vous avez cru un jour que l’État est politiquement neutre, c’est que vous avez échappé aux cours d’histoire de l’éducation nationale.

  3. Bravo, vous venez de découvrir que nous vivons dans un pays communiste depuis le Libération.

    Cette phrase figure dans la constitution de 1946 :

    http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/la-constitution/les-constitutions-de-la-france/constitution-de-1946-ive-republique.5109.html

    On y trouve aussi les phrases suivantes :

    Le peuple français proclame à nouveau que tout être humain, sans distinction de race, de religion ni de croyance, possède des droits inaliénables et sacrés.

    Notion qui a fait du chemin depuis.

    Le peuple français proclame, en outre, comme particulièrement nécessaires à notre temps, les principes politiques, économiques et sociaux ci-après.

    De sociaux à socialistes, il n’y a pas loin.

    La loi garantit à la femme, dans tous les domaines, des droits égaux à ceux de l’homme.

    Phrase évidemment absurde, et qui n’a aucun sens en droit, tellement elle est extensive. Dire que la femme doit avoir des droits égaux à ceux de l’homme dans tous les domaines, c’est ouvrir la porte à n’importe quelle interprétation : la femme a le droit d’avoir une verge tout comme l’homme (nous y sommes : les « droits » des « transgenres »), la femme a le droit d’être représentée à égalité des hommes à l’Assemblée nationale et dans les conseils d’administration (c’est la « parité ») , la femme a le droit de faire la guerre tout comme l’homme (ca y est), etc.

    Tout homme persécuté en raison de son action en faveur de la liberté a droit d’asile sur les territoires de la République.

    En bon français : tout loqueteux racontant n’importe quelle histoire à dormir debout a le droit d’immigrer chez nous (suivi de millions de ses potes).

    Nul ne peut être lésé, dans son travail ou son emploi, en raison de ses origines, de ses opinions ou de ses croyances.

    Pas de préférence nationale à l’embauche. Prières le cul en l’air autorisées sur le lieu de travail.

    Tout homme peut défendre ses droits et ses intérêts par l’action syndicale et adhérer au syndicat de son choix.

    Surtout si c’est la CGT.

    Le droit de grève s’exerce dans le cadre des lois qui le réglementent.

    La grève est une obligation périodique pour les fonctionnaires, car « ils se battent pour nos droits ».

    Tout travailleur participe, par l’intermédiaire de ses délégués, à la détermination collective des conditions de travail ainsi qu’à la gestion des entreprises.

    Il y a des soviets dans toutes les entreprises.

    Tout bien, toute entreprise, dont l’exploitation a ou acquiert les caractères d’un service public national ou d’un monopole de fait, doit devenir la propriété de la collectivité.

    Phrase qui permet d’instaurer le communisme en appuyant sur un bouton.

    La Nation assure à l’individu et à la famille les conditions nécessaires à leur développement.

    L’Etat-nounou est inscrit dans la constitution.

    Tout être humain qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation économique, se trouve dans l’incapacité de travailler a le droit d’obtenir de la collectivité des moyens convenables d’existence.

    Quand la situation économique ne crée pas suffisamment de richesses pour générer de l’emploi, elle crée suffisamment de richesses pour faire vivre les gens avec de l’argent gratuit fourni par l’Etat. Ne me demandez pas d’où il vient : c’est marqué dans la constitution, donc ça doit être vrai. Maintenant, exécution : le politique commande à l’économique.

    Et il faut qu’ils vivent bien, en plus. Pas question d’accepter des allocations de merde.

    La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale.

    Rappel chronologique :

    1945

    – Maurice Thorez, secrétaire général du parti communiste, traître à la nation, déserteur en temps de guerre, réfugié à Moscou pendant les hostilités sur l’ordre des soviétiques, est nommé, par le général de Gaulle, ministre d’Etat, chargé de la fonction publique, après intercession de Staline en sa faveur.
    – Nationalisation des usines Renault, d’Air France, de la Société Générale, du Crédit Lyonnais et d’autres grandes banques.
    – Création des comités d’entreprise.

    1946

    – Création du statut de la fonction publique par le traître communiste Thorez sous l’autorité du général de Gaulle.
    – Thorez déclare qu’il existe pour aller vers le socialisme « d’autres chemins que celui suivi par les communistes russes ».
    – Ambrois Croizat, haut responsable de la CGT et du parti communiste, est nommé ministre du Travail par de Gaulle. Il crée la Sécurité sociale. En 1950, il déclarera : « Jamais nous ne tolérerons que ne soit renié un seul des avantages de la Sécurité sociale. Nous défendrons à en mourir et avec la dernière énergie, cette loi humaine et de progrès. »
    – Sont également occupés par des communistes : les ministères de l’Economie nationale, de la Production industrielle et de l’Armement.
    – Nationalisation du gaz et de l’électricité, des grandes compagnies d’assurance et des houillères.

    2014

    Le statut de la fonction publique et la Sécurité sociale, outil majeur de la prise du pouvoir par les communistes en 1946, sont toujours là. Ils ont prospéré et embelli, et sont infiniment plus forts qu’à l’époque (effectifs, budgets, pouvoir coercitif…).

    Pendant ce temps-là, des gouvernement dits « de droite », et d’autres dits « de gauche », se succèdent au sommet pour donner le change.

Ne soyez pas timides

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s