Cette gauche nauséabonde

Une polémique a opposé Jean Quatremer, journaliste à Libé, et Mediapart sur les propos tenus par Mélenchon dimanche dernier en marge du festival de l’insulte de Bordeaux.

Quatremer citant l’AFP prêtait ce propos au leader du PG :

Moscovici « ne pense pas français (…), il pense finance internationale »

Il en a fait un billet sur son blog dont voici un extrait où il évoque le relent d’antisémitisme qu’il déduit fort justement de ce propos :

« Pourquoi « relents d’antisémitisme » ? Parce que c’est bien de cela qu’il s’agit : Moscovici est juif, ses grands-parents sont originaires d’Europe centrale et orientale, il ne l’a jamais caché, et Mélenchon qui a milité dans le même parti que lui pendant près de 30 ans le sait parfaitement. Dire qu’il ne pense pas « français », c’est remettre en cause son identité française, c’est flirter avec cet antisémitisme d’extrême droite qui fait des juifs – forcément toujours un peu apatrides et donc qui ne pense pas français – les fourriers du capitalisme international (« il pense finance internationale »). Mélenchon, un homme cultivé qui connaît son histoire, ne peut pas plaider l’ignorance de ce que sa saillie évoque. Mais, attention, je ne dis pas qu’il est antisémite, car je ne le crois pas. Simplement, il joue avec les mots et les mémoires pour s’attirer les sympathies d’une certaine France moisie. »

Mais voilà, Médiapart avait raison, le propos n’était pas tout à fait celui-là :

 

Rien à dire ?

Je crois pour ma part que ca ne change strictement rien : Moscivici reste Moscovici, et le sous entendu parfaitement volontaire sur « la finance internationale apatride » reste, pour reprendre l’expression de Quatremer, un « sifflet à ultrason antisémite ».

Ajoutons à cela que l’actualité récente nous a rappelé l’idolatrie de Mélenchon pour Chavez, connu pour ses positions ambigües sur le sujet, et pour son amitié sans ambiguité avec l’Iran, ce pays qui veut officiellement « rayer Israël de la carte ».

Je ne sais pas si Mélenchon est véritablement antisémite, mais ce dont je suis a peu près certain, c’est que pour aller chercher des voix ou souffler sur les braises il n’a aucun scrupule à faire usage de la même rhétorique, toute en sous entendus, qui a rendu Jean-Marie Le Pen tristement célèbre en sont temps.

Les « salopards » du PG de Mélenchon, dont il faut rappeler que l’idéal est la dictature du prolétariat qui a causé des bains de sang partout où elle a été expérimentée, sont dangereux pour la démocratie.
Il serait temps que le PS prompt à appeler au front républicain contre le FN en appelle à ce même front républicain contre cette gauche nauséabonde. Si le PS continue à accepter ce genre de compromission pour gagner des élections, il ne faudra pas venir couiner si la droite finit par en faire de même.

Publicités

Une réflexion sur “Cette gauche nauséabonde

  1. C’est amusant, le dernier exemple aussi explicite qui me vient à l’esprit est celui de Frêchi-Frêcha, au sujet de Fabius. Serait-ce une constante chez les socialistes de se traiter de juif ou d’anti-sémite ?

Ne soyez pas timides

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s