Liberté de presse pour tous

Sébastien Pietrasanta, député PS d’Asnières, n’est pas content du traitement de la manifestation organisée hier en faveur du mariage pour tous sur les chaines d’information.

C’est la raison pour laquelle il s’est empressé d’envoyer une première « mise en demeure » au Président du CSA (Olivier Schrameck, ancien directeur de cabinet de Jospin, dernièrement nommé par le Président de la République, pas l’agité, le normal, celui qui ne va pas nommer les Président de chaîne publique, enfin pas directement).

Même si  « il convient de respecter la ligne éditoriale d’un organe de presse« , le CSA est prié de publier les « temps de parole alloués à chacune des parties en présence« .

« Il n’est pas du rôle de l’État d’imposer des programmes ou de contrôler le traitement de l’information« , précise le député en préambule de sa lettre, mais quand même, on aimerait bien que le traitement de l’information fasse un peu moins de place à la contradiction.

C’est agaçant à la fin de devoir se justifier, Hollande a été élu ou pas ? Alors que les médias se tiennent mieux, je ne veux voir qu’un seule tête, merci au CSA de s’en charger.

Le texte intégral :

Monsieur le Président,

Je sais l’intérêt que porte votre organisme au contrôle et à la régulation de l’audiovisuel en France. Le temps de l’ORTF est terminé et il n’est pas du rôle de l’État d’imposer des programmes ou de contrôler le traitement de l’information.

Néanmoins, dans la mesure où la loi du 30 septembre 1986 prévoit dans son article 13 que le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel « assure le respect de l’expression pluraliste des courants de pensée et d’opinion dans les programmes des services de radio et de télévision, en particulier pour les émissions d’information politique et générale », je tiens à alerter votre conseil sur le traitement différencié dont ont fait preuve les manifestations des 13 et 27 janvier 2013 portant sur le mariage pour tous.

Le 13 janvier 2013 se tenait à Paris une manifestation contre le projet de loi relatif au mariage pour tous. La couverture de cet évènement a été largement assurée par la presse, notamment télévisuelle, alors même que les soldats français intervenaient au Mali depuis deux jours.

Le 27 janvier 2013 se tenait à Paris une manifestation en faveur du projet de loi relatif au mariage pour tous. A deux jours du lancement de la discussion dans l’hémicycle, l’information devenait secondaire, relayée derrière l’arrivée d’une course sportive, au demeurant éminemment respectable.

Les principaux organes de presse adoptaient alors la même hiérarchisation de l’information, faisant d’une manifestation historique (défilé en soutien d’une mesure d’un gouvernement) un évènement de second plan. L’annulation d’un débat à 15h15 sur une chaine d’information en continu illustre d’ailleurs cette relégation.

S’il convient de respecter la ligne éditoriale d’un organe de presse, la disproportion de traitement à l’œuvre à travers le débat sur le mariage pour tous semble constituer une rupture de pluralisme dans l’accès à l’information de nos concitoyens.

C’est pourquoi je me permets, monsieur le Président, de vous interroger sur le traitement de l’information relatif au mariage pour tous depuis le 7 décembre 2012, date de présentation du projet de loi en conseil des ministres, en vous demandant la transparence et la publication des temps de parole alloués à chacune des parties en présence.

Recevez Monsieur le Président, mes sincères salutations.

Publicités

Une réflexion sur “Liberté de presse pour tous

Ne soyez pas timides

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s