« Journalistes en politique : le (mauvais) exemple italien »

C’est le titre d’un article du Monde où il est question de consanguinité entre journalistes et politique en Italie. Pas inintéressant.

J’en ai extrait pour vous ce premier extrait qui contredit une fois encore nos fantasmes à nous autres, réacs, d’une profession – les journalistes – qui porterait à gauche :

La décision de notre consœur Hélène Fontanaud (ex Reuters, Europe1, La Tribune, Les Inrockuptibles, Sipa News) d’abandonner « définitivement » le journalisme – suivant ainsi d’autres exemples – pour s’occuper des relations presse du Parti Socialiste français ne ferait même pas une brève de ce côté-ci des Alpes.

Et ce second :

[En Italie] Les journaux sont presque tous de droite ou de gauche et il semble que l’appartenance politique d’un membre de la rédaction soit au moins aussi importante que ses qualités de plume. Sans parler de la télévision publique où les chaînes, les places au conseil d’administration, les postes de direction s’attribuent en fonction du rapport de force politique dans le pays.

Heureusement, ce n’est pas comme ça chez nous.

L’article est titré « Journalistes en politique : le (mauvais) exemple italien » : ils sont gonflés à l’hélium à la rédaction du quotidien de Pierre Bergé et de Matthieu Pigasse non ?

Publicités

Une réflexion sur “« Journalistes en politique : le (mauvais) exemple italien »

Ne soyez pas timides

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s