Parité, diversité, progrès

Il va peut-être falloir envisager sérieusement de réviser notre devise, notamment pour en soustraire le mot liberté et y ajouter une dose de diversité.

Je m’étais initialement contenté d’un petit billet pour relayer un tweet de Bruno Roger-Petit sur le blog de fainéant que j’ai ouvert pendant les vacances, mais à la réflexion, ça valait bien un petit effort supplémentaire.

J’avais il y a quelques temps apporté, modestement, la preuve ontologique que le bougre écrivait beaucoup de bêtises. Mais là, il se surpasse pour livrer un monument de bien pensance et de progressisme.

Résumons donc la « pensée » de notre apôtre de la diversité : il y a bien trop d’hommes blancs parmi les commentateurs de France Télévision qui couvrent les jeux olympiques de Londres. Pas assez de femmes, pas assez de représentants de la diversité. Et c’est pour ça que les critiques fusent.

J’avais bien vu passer des critiques sur la réalisation – difficile ou impossible de suivre un match ou un événement dans la durée – ou sur les coupures publicitaires, toujours trop envahissantes.

Mais tout cela, si vous voulez bien suivre le raisonnement tordu du bonhomme, n’est que le symptôme d’une critique sous-jacente : il y a trop d’hommes blancs, qui plus est trop âgés, pour commenter ces JO, et de façon générale à France Télévision.

Déjà Libération, aux lendemains de la constitution du pourtant paritaire gouvernement Ayrault, avait relevé combien les hommes blancs monopolisaient outrageusement les places dans les cabinets ministériels. C’est vous dire si ce problème de l’excès d’hommes blancs est tristement répandu dans notre société.

Revenons à notre penseur pour le situer un peu mieux. Il est chroniqueur politico-sportif. Il apparaît sur les plateaux de télévision sur iTélé et Direct 8, on l’entend à la radio (sur RMC, après un long passage sur Europe 1 Sport), et on peut le lire sur internet sur Le Plus du Nouvel Obs et sur le site Sport24.
Ainsi, en tant qu’homme blanc, il ne fait aucun doute qu’il va très rapidement libérer tout cet espace médiatique qu’il occupe aux dépends d’une diversité et d’une parité qu’il appelle de ses voeux.

Au delà de son cas personnel, éminemment problématique, élargissons un peu la question au delà des commentateurs sportifs.

Prenons pour ne pas trop nous éloigner du sujet les hommes blancs dans le sport. Regardez le cyclisme.
Combien cette discipline compte-t-elle de français divers ? La proportion est ridiculement faible, et cette situation est manifestement suspecte. Quand les instances sportives, politique ou les Bruno Roger-Petit vont-ils se saisir de ce scandale ?

Poursuivons et prenons le sport en général, toutes disciplines confondues. N’y a-t-il pas trop d’hommes blancs parmi les sportifs de haut niveau ?
À moins que… se pourrait-il qu’il n’y en ait pas assez ? Réfutons immédiatement cette thèse absurde : pour tout progressiste qui se respecte, les hommes blancs, en si petit nombre soient-ils, sont par définition en surnombre, et leur présence, toujours suspecte, doit être questionnée.

Quittons maintenant le sport pour en venir au fond du sujet. La diversité ça s’arrête où ? Faut-il où non considérer qu’il y a de façon générale trop d’hommes blancs dans la population française ? Ou dans votre quartier ? Si oui, que faire ?
Et inversement, se peut-il qu’il n’y en ait pas assez ? Mais qui s’en inquiéterait ? Je vous fiche mon billet que ce ne serait ni Bruno Roger-Petit ni Libération. Quoique, une veste se retourne si vite, ce ne serait pas une première.

Publicités

Ne soyez pas timides

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s