La (longue) marche des fiertés : égalité, mariage, adoption

Samedi dernier avait lieu la Gaypride. Enfin la principale, à Paris, celle dont on parle dans les médias. Parce qu’il y a aussi des Gaypride à Angers, Tours, Lille, Metz, Montpellier, Nantes, Bordeaux, Rennes… bref dans toute la France.

Le mot d’ordre de cette édition 2012 était « L’égalité n’attend plus ». Celui de 2011 était « Pour l’égalité, en 2011 je marche, en 2012 je vote ». Les organisateurs ont eu le décence de ne pas préciser « … je vote socialiste », mais pour être bien sûr qu’il n’y a pas d’équivoque, voici quelques figures en tête du défilé 2011 :

C’était donc naturellement l’occasion pour Jean-marc Ayrault de confirmer par un communiqué que le gouvernement tiendrait les engagements pris pendant la campagne présidentielle : le droit au mariage et à l’adoption pour tous sera institué. La politesse eu voulu un mot de remerciement aux électeurs, mais bon.

Mais là n’était pas mon propos et j’y viens donc. J’ai vu passer quelques photos du défilé d’hier. En voici deux :

(photos de @thibaultdm)

Ces garçons seront manifestement d’excellents papas à qui on confierait des enfants adoptés les yeux fermés !

Vous allez me dire qu’il s’agit d’un défilé festif, d’un carnaval, qu’il ne faut pas interpréter ces images au premier degré. Ou bien encore que ce ce sont deux photos, une infime minorité, pas représentative.

Je vous arrête.

Je vous répondrai d’abord que lorsqu’on manifeste pour une cause, ce qui est le cas de la « marche des fiertés », et qu’on revendique le droit à l’adoption, il y a des déguisements de carnaval qui envoient des « messages » contreproductifs, voire comme ici qui relèvent de l’épouvantail à moineau homophobe.

Je vous répondrai ensuite que de façon générale, je ne suis pas certain que la Gay pride serve encore la cause de qui que ce soit, et que la communauté homosexuelle ferait sans doute mieux maintenant de défendre le droit à l’indifférence qu’un droit à la différence, surtout de façon si caricaturale.

Je vous répondrai encore que la diversité dans la diversité (la minorité non représentative d’un autre minorité plus grande) n’est pas gérable du point de vue législatif. On n’imagine pas un droit à l’adoption pour telle catégorie d’homosexuels et pas pour telle autre.

Je vous répondrai enfin que le droit au mariage entre deux adultes libres d’exprimer leur consentement n’est pas une question de la même nature que l’adoption d’un enfant qui, par définition, n’exprimera aucun consentement, et qu’à mon humble avis on devrait en l’espèce faire primer le droit de l’enfant avant de se préoccuper de celui d’adultes, fussent-ils une minorité agissante.

Et vous l’aurez bien cherché !


Publicités

4 réflexions sur “La (longue) marche des fiertés : égalité, mariage, adoption

  1. J’aime ceci qui me donne l’occasion de vous répondre : si vous saviez le nombre d’hétéros que je vois entrer dans les boites échangistes à deux pas de chez moi et qui ont des moutards … Alors, qu’est-ce qu’on fait de leurs gosses, on leur saisit ?
    Votre billet atteint le sommet des coincés du c… oserai-je l’écire ?

    1. Quel est le rapport entre vos parents échangistes à moutard et ce que j’écris ?
      Pour ce qui est du cul, je vous suggère de vous concentrer davantage sur le vôtre plutôt que de vous préoccuper de décoincer le mien.

  2. Juste pour vous dire que ce n’ai pas la majorité des homos qui veulent adopter des enfants et sûrement pas ceux qui sont sur les photos….parce vous croyez vraiment que TOUS les heteros veulent des gosses??????

Ne soyez pas timides

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s