Falorni, le nouveau Besson ?

Le duel Royal Falorni, pour moi qui suit de droite et qui ne vote pas à la Rochelle, n’a fondamentalement aucun intérêt puisque c’est malheureusement un candidat socialiste qui va gagner, et donc apporter sa voix au gouvernement à l’Assemblée. Tant pis, mais c’est comme ça.

Ce billet est donc une sorte de parachutage blogosphérique.

Ce qui me surprend le plus, hormis bien entendu le tweet hormono-normal de Valérie Trierweiler, c’est la chasse aux sorcières des socialistes à l’endroit de Falorni. Ce type, qui était il y a quelques semaines encore un bon soldat du PS, à qui personne n’avait rien à reprocher au contraire, proche de Hollande, est en train de devenir la dernière des ordures. Pourquoi ? Parce qu’il n’accepte pas de rentrer à la niche quand on le siffle.

Les socialistes n’hésitent pas à le rendre coupable à l’avance d’être élu avec des voix « sales ». Jean-Marc Ayrault a osé le qualifier de « candidat de l’UMP et du Front National ». L’argument est évidemment d’une bêtise d’autant plus confondante que ces voix – celles des électeurs du FN – étaient moins sales quand elles étaient utile à la victoire de Hollande :

Sarkofrance, vaisseau amiral de la marine de guerre des blogs de gauche, dégaine un autre argument dans la même veine :

Il sera en revanche fidèle au seul rôle qu’on a bien voulu lui faire jouer: être l’instrument de la droite et de l’extrême droite locale pour fusiller une figure socialiste du pays.

Le rôle qu’ « on » a voulu lui faire jouer. Qui est « on » ? Je vais tenter ma chance :  « on » doit surement se trouver à la tête du PS, qui aura écarté un candidat qui n’aurait peut-être pas dû l’être.
En tous les cas, bien que je n’ai aucun plaisir à prendre la défense de ce pauvre Falorni, le rôle que lui a décidé de jouer c’est celui d’un candidat qui a toute légitimité à se présenter et aucune raison valable de s’effacer parce que ce serait le bon vouloir du Roy.

Bien qu’il n’y ait aucune raison valable de lui tenir rigueur de cette situation, la sentence de Sarkofrance est sans appel :

Pour cette dernière action, il conservera mon mépris le plus durable.

« On » dirait que les socialistes se sont trouvé un nouveau Besson à mépriser.

Publicités

4 réflexions sur “Falorni, le nouveau Besson ?

  1. C’est oublié qu’il s’agit d’un duel entre deux candidats de gauche. On ne peut pas rejeter d’un revers de la main les 20 années de militantisme d’Olivier Falorni. J’ai parfois l’impression que les socialos reprennent les bonnes vieilles ficelles staliniennes. C’est tout simplement putassier.

Ne soyez pas timides

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s