Hollande, carnet de doute, semaine #1

Du 6 au 12 Mai 2012 : Bonne chance mon papa

Les premières images qui ont suivi l’élection de François Hollande Dimanche 6 Mai après 20 heures ont été celles du fiston. Ses réactions, le coup de fil de papa, ses réactions encore. La faute des journalistes ? Sans doute. Thomas Hollande n’est cependant ni idiot ni innocent, et il aurait tout aussi bien pu refuser de se prêter à ce jeu. Mettons ça sur le compte de l’ivresse du pouvoir, mais il faut vite dégriser, et il faudra éviter d’avoir des problèmes en scooter dans les 5 ans qui viennent. Good Luck.
En attendant, voir sur France 2 le visage de Ségolène Royal ému devant le visage de son fils Thomas, lui même ému par l’élection de son père, ça laisse une impression bizarre.

Dans la soirée, la foule des anonymes et des célébrités de gauche s’est réunie pour fêter la victoire à la Bastille. Un moment de liesse populaire légitime et traditionnel au soir des élections présidentielles, marqué en ce 6 Mai par la présence en nombre de drapeaux étrangers. Le Monde corrige certaines exagérations à ce propos et indique que la foule a brandi des drapeaux « tant français qu’étrangers ». Ouf, la mère patrie n’est pas en danger alors.
Blague à part, la présence de ces drapeaux, nombreux, revoyez les images, est soit un vrai problème, soit une grosse connerie. Mais les degauches comprenant mieux le monde et les ressorts de l’âme humaine que les autres nous expliquent que c’est une sorte de patriotisme, mais ouvert, bref, pas de quoi faire une vilaine polémique mesquine.

Plus tard, François Hollande, flanqué de sa 1ère favorite et accompagné par une cohorte de motards à caméra, prends la route direction Brives où il embarquera dans un falcon pour regagner la capitale et y saluer la foule place de la Bastille. Europe 1, pas avare de précision, précise à toutes fins utiles qu’il s’agit d’un Falcon 900 B immatriculé F-GXRM. Ne rigolez pas c’est important.
Un autre Falcon et un Airbus ont également été affrétés pour embarquer la suite du candidat élu, qui sans cela se serait retrouvée plantée à 23 heures dans un aéroport fermé de province et aurait dû s’entasser dans le premier Campanile venu. Merci de le comprendre, comme dit Valérie Trierweiler.
Coût de l’opération : on avance des chiffres assez variés, de l’ordre de 30.000 €. Bling.

La semaine nous a révélé quelque chose d’assez inattendu : la personnalité de notre nouvelle première dame.
Elle a très vite adressé un petit tacle, maladroit au mieux, vicelard au pire, à Carla Bruni, en déclarant qu’elle ne serait pas une potiche. Elle a besoin de réfléchir à son rôle de première dame peut-on lire dans le Figaro du 11 Mai. « Ce sera plus facile une fois que (…) j’aurai un agenda et un bureau ». Ca a dû bien énerver Edwy Plenel qui martèle que la première dame est une invention Sarkozyste (ou Bruniste), mais il a apparemment ravalé son indignation.
Et il a bien fait, Pierre Salviac qui lui a commis une plaisanterie douteuse sur twitter a été viré dans l’heure par RTL. Il a écrit « A toutes mes consœurs, baisez utile, vous avez une chance de vous retrouver première Dame de France ». Pour RTL, c’est « intolérable et totalement inacceptable ».
Sinon Valérie a dû procéder à quelques recadrages : « A quoi tu joues » à une conseour journaliste de Paris Match qui évoque le couple Royal-Hollande au lieu de l’ex-couple Royal-Hollande, « Tu n’a rien à faire ici, tu sors » à Julien Dray qui passait par là, et merci de ne pas camper devant chez elle.
Journalistes, humoristes, tenez vous le pour dit, on ne badine pas avec la First Lady, plus maintenant.

Ca aura été l’occasion pour l’amiral d’une joli saillie :

Quelle gouvernement nous prépare-t-on ?  Depuis lundi les pronostics vont bon train à propos de notre futur Premier Ministre. Ayrault ? Pas simple, il va falloir assumer une ancienne condamnation. Pas terrible pour un « Moi Président de la République » exemplaire. Valls ? Trop à droite. Mauvais signal pour les électeurs. Aubry alors ? Il y a tellement peu d’estime entre les deux que ce sera une collaboration difficile. Pas idéal. Moscovici alors ?

A l’heure ou les consultations continuent et en attendant de connaître sa composition définitive, le Canard Enchaîné lance des pistes :

Et avant la première rencontre, en Allemagne, Merkel prévient le candidat-élu : il n’y aura pas de renégociation du traité.

Publicités

Ne soyez pas timides

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s